bande dessinée

Les grands enfants de Michael Deforge.

Le dernier né de Michael Deforge a la taille d’un peth_362ad82be520c4a2c6f4d8fb42218792_bigkids_couv268-2tit carnet et nous promet presque déjà la découverte d’une histoire intime… En effet, on entre dans l’intimité -parfois dérangeante- d’un jeune garçon dès les premières cases. L’entrée dans la vie d’Adam est brutale : la découverte de la sexualité par le jeune garçon est entremêlée de souvenirs cruels de baston où il se fait tabasser gratuitement par les types de son école.

Malgré un certain malaise, quelque chose nous entraîne vers la suite : on veut continuer cette lecture, et grand bien nous fasse, car la découverte de la transformation majeure, qui offre au récit toute sa puissance, est tout aussi surprenante qu’excellente ! Les dessins aux couleurs vives et ce décalage fort entre la naïveté du trait et les propos aident sans nul doute à accrocher le lecteur malgré la dure réalité dépeinte, jusqu’à ce point où il ne lâchera plus le petit livre de ses mains.

987229-bigkids_sphd-35jpgmovingout35Comment donner envie de vous plonger à votre tour dans la vie de ces grands enfants sans trop en dévoiler ? La lecture en est d’autant plus fascinante et déstabilisante quand on ne sait pas le fin mot de l’histoire. C’est une lecture hypnotique, allez, il faut oser le dire : quand Adam se transforme, le monde autour de lui est différent, tout en étant un peu le même. S’il arrive à reconnaître certaines choses de son quotidien, pour le lecteur, rien ne se ressemble, si ce n’est les couleurs vives. Cependant, aux roses, jaunes, gris et noir qui dominaient jusqu’alors, apparaissent de nouvelles couleurs. Le lecteur est amené à visualiser le monde créé par Michael Deforge d’une autre façon aussi : la palette de couleurs éclate, l’abstraction prend le dessus, et la description de certaines sensations est réellement captivante !

movingout42

Tout l’art de l’auteur arrive à son maximum lors d’une scène à la piscine, où les couleurs s’adoucissent au même titre que les esprits des nageurs s’éclaircissent et s’allègent :

« Le monde peut être bien plus dur. Tout est plus tranchant. Alors on va à la piscine. L’eau chlorée a un effet apaisant […]. Elle démêle notre système nerveux. »

Osez, vous aussi, découvrir Big Kids, une grande histoire sur l’adolescence et la perception du monde : ce moment de notre vie où certaines choses qui avaient de l’importance deviennent peu à peu ridicules, et où d’autres auxquelles on ne prêtait aucune attention paraissent désormais essentielles et évidentes. Une bande dessinée hors norme et déroutante, mais tout à fait captivante !

© Big Kids, Michael Deforge, 2016, Atrabile (2017). Challenge rentrée littéraire janvier 2017.

Publicités

2 réflexions sur “Les grands enfants de Michael Deforge.

    • Ah ça oui je ne dis pas le contraire 🙂 Au niveau de l’illustration ça reste quelque chose qui ne m’attire par du tout au départ, ce qui a sûrement contribué au fait que ce soit une bonne surprise 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s