album/Jeunesse

Un beau voyage de Marc Majewski.

Un train passe dans le crépuscule. Le paysage bleuté semble silencieux, on imagine à peine le roulis du train passer au loin. Tout paraît calme et paisible. Le voyage commence. Un beau voyage, nous promet la page de titre qui suit. Une belle promesse.

lagare

Seul sur un quai de gare illuminé par le Soleil levant, un homme coiffé d’un chapeau tient « pour seul bagage une petite valise verrouillée ».

« Ce qu’elle contenait, il ne s’en souvenait plus.
Il voyageait depuis si longtemps.
Il fouilla les poches de sa veste et de son pantalon,
mais ne trouva pas la moindre clé. »

67-189-thickboxLa main en visière pour déchiffrer les panneaux à contre-jour, il se voit obligé de suivre la seule route qui s’ouvre à lui. Où va-t-il arriver ? Qu’y’a t-il dans sa valise dont le contenu lui échappe ?

Nous suivons avec plaisir le chemin de ce curieux bonhomme qui n’hésite pas à s’allonger à même le sol pour se reposer « dans la douceur des soirs d’été », une douceur que nous retrouvons à chaque page tournée, où l’on pourrait entendre le bruissement des pas dans l’herbe, les oiseaux chanter et même leurs ailes battre l’air hauts dans le ciel, tant le silence, celui qui apaise, est présent jusqu’à l’arrivée de notre héros dans la ville. Et quelle arrivée somptueuse ! Un portrait illuminé du jeune homme, où l’on devine la lumière chaude et rougeoyante du Soleil à l’horizon, à laquelle suit une double page mouvementée : personnages masqués, renards en costards… notre personnage est si petit dans ce monde, si bien qu’il rapetisse, rapetisse, rapetisse dans la foule, jusqu’à s’y fondre malgré lui…

« Chaque jour, comme tout le monde, il déambulait dans les rues, traversait la ville de part en part, marchant de plus en plus rapidement vers quelque chose qui semblait de plus en plus loin.
Les gens ne parlaient que rarement entre eux et il y avait, malgré le continuel vacarme, un silence sans fin. »

Enfin, il s’échappe de la foule pour retrouver un peu de solitude. Et peut-être enfin comprendre ce que contient sa petite valise ?

Comment exprimer l’enchantement à la lecture de ce somptueux et grand album ? 

On y découvre des grandes plaines dont on ne voit pas le bout, des prairies ensoleillés, on y croise des géants, de longues ombres fantômes fascinantes, on s’émerveille de la lumière à chaque moment de la journée, on se questionne sur le contenu de toutes ces petites valises et surtout, on relit avec plaisir l’album une fois le contenu révélé. Alors, tout a un autre sens, tout est encore plus beau.

67-192-thickbox-2

legeant.jpg

Marc Majewski a su trouvé la justesse entre textes et illustrations pour nous conter un voyage inoubliable et nous rappeler la beauté et la richesse de la littérature de jeunesse, celle qui invite à repenser les émotions humaines et fait palpiter l’âme avec si peu de mots et un silence bienveillant.

Embarquez vous aussi sans hésitation dans « ce train sans voyageur, qui roule d’un bout à l’autre de l’horizon ». Le voyage vaut le détour ! 

© Un beau voyage, Marc Majewski, Le buveur d’encre, 2016. Lisez aussi l’article de la librairie Pages d’encre, grâce à laquelle j’ai découvert cette merveille.
Mise à jour du 03/04/17 : allez lire l’interview de Marc Majewski pour la revue Citrouille.

Publicités

4 réflexions sur “Un beau voyage de Marc Majewski.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s