album

Le Ciel d’Anna, Stian Hole.

9782226254993-j.jpgQuelle joie ! Me voilà enfin rentrée à pieds joints dans l’univers de Stian Hole, voguant entre dure réalité et imaginaire foisonnant, suivant les poissons volants avec Anna et son papa. Voilà déjà quelques mois que les couvertures de ses albums me faisaient de l’œil, et nous y voilà : Le ciel d’Anna, entre mes mains. D’abord attirée par les illustrations de l’auteur norvégien qui travaille avec le numérique, les photomontages, les superpositions de calques par centaines et de nombreuses inspirations diverses, j’ai été étonnée à la lecture, du thème abordé, du fil rouge de l’histoire.

Stian Hole n’écrira jamais clairement que la maman d’Anna est décédée. Une église au loin, un papa en costume noir au visage fermé, le tintement des cloches de l’église ; un nuage, une brise douce au visage de la mère qui semble donner un baiser de loin, de très loin, de très haut, à son époux ; et des souvenirs.

Maman disait que les oiseaux sont des fleurs qui volent et que le tournesol est le petit frère du soleil.

Une boîte de vêtements, d’accessoires et, inévitablement, des questions sur l’après. La mort et la tristesse sont là, mais elles flottent. On le ressent, c’est quelque chose qui est dans l’air.

Il doit y avoir quelque chose dans l’air, car mes cheveux sont tout électriques, dit Anna en levant la tête vers le ciel.

Cette électricité parcourt l’histoire du début à la fin, d’abord une douleur en filigrane que l’on devine intense, pour laisser place petit à petit à l’espoir, au deuil et à la renaissance. Un album poétique et touchant qui traite de la mort en étant un hommage à la vie, à ceux qui restent sur Terre et qui doivent continuer de vivre malgré la perte d’un être cher. Un album qui fait la part belle à l’imagination débordante d’un enfant, d’Anna, qui arrive à aider son père dans cette douloureuse épreuve grâce à un voyage merveilleux. Pour que l’averse de clous dans le ciel se transforme en pluie de fraises et de miel…

Doubles_Anna-4.jpg

© Le Ciel d’Anna, Stian Hole, Albin Michel Jeunesse, 2014.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s